Błąd
  • JUser::_load: Nie można załadować danych użytkownika o ID: 4341

Depuis l'avènement des sites de crédit entre particuliers sur le territoire français, un vicieux type d'arnaque s'est diffusé sur la toile via les réseaux sociaux et dans les e-mails : de fausses annonces de financements en ligne accordés de façon rapide, sans aucun apport, sans garanties et par des individus qui disent être des investisseurs particuliers. Il s'agit là d'une arnaque, mais le déluge de spam sur ces sites permet de deviner la gravité du problème. Ainsi, énormément de particuliers ont été floués du fait de cette arnaque.

Un mode opératoire bien rodé

Attirer l'attention de sa cible avec une annonce de prêt alléchante

L'arnaque au crédit rapide est présentée sous la forme d'une trame avec plus ou moins de cohérence. Pour notre escroc, cette phase est primordiale parce qu'il sait que la réussite de son coup est en partie conditionnée par la croyance ou non en son histoire. S'il veut faire venir le plus fort nombre de victimes possibles, il écrit et publie une annonce sur des plateformes avec beaucoup de fréquentation tels que Twitter ou Facebook. Certaines pages populaires ne contrôlent pas les sections de discussion accessibles par tous, ce qui devient alors un lieu privilégié des escrocs.

Concrètement, l'escroc s'affiche comme une personne disposant d'un capital qu'elle souhaiterait faire fructifier par l'octroi de prêts avec un taux très faible. Quelques fois, il se fait passer pour un retraité qui désire se passer du système financier traditionnel afin de transmettre l'image d'une personne philanthropique visant à Faire barrage aux escrocs du crédit en ligne évoluer positivement la société. Cette stratégie a un seul objectif : profiter du désarroi financier des personnes crédules en expliquant qu'un financement est envisageable, même avec de faibles ressources. Il se dit prêt à leur accorder un financement, même s'ils sont déjà endettés. Une fois la demande validée, l'escroc promet de débloquer l'argent sous48h avec des durées de remboursement pouvant monter jusqu'à plusieurs années.
S'il peut sembler clair pour la plupart des gens que des offres de ce type semblent improbables, il n'en reste pas moins que des personnes se trouvant financièrement au pied du mur peuvent se faire avoir à cause de cette illusion de crédit rapide qui les aveugle.

Donner des gages de sérieux et de confiance

Sur internet, tout le monde peut inventer une identité avec un tant soit peu d'imagination. C'est ainsi qu'opèrent les escrocs au faux crédit qui créent de toute pièce un personnage fictif qui collera au mieux avec leur scénario. En premier lieu, ils s'efforcent à donner un état-civil français à leur personnage. Exit donc les prénoms étrangers qui pourraient faire fuir certains. La cible doit avoir le sentiment que l'investisseur réside tout près. Dans un script bien ficelé, notre faux prêteur peut se transformer en une personne âgée ou jeune retraitée. Les plus ingénieux vont jusqu'à réclamer les documents justificatifs de paie à sa future victime, d'autres lui demanderont de répondre à des questions sur sa vie professionnelle. Pour être un un peu crédible, notre faux prêteur ira jusqu'à fabriquer plusieurs faux profils avec lesquels il publiera de fausses recommandations qui auront pour but de faire l'éloge de l'offre.

Donner suite à chacune des demandes

Lorsque la personne ciblée est convaincue du sérieux de l'opération, l'escroc peut maintenant passer à l'étape supérieure. Il explique qu'il approuve son dossier de de prêt, mais demande le versement de certains frais par mandat pour boucler la procédure. Ces frais divers peuvent monter jusqu'à quelques centaines d'euros et viennent compenser la durée passée par l'investisseur à traiter la demande. Ces frais de dossier sont, d'après lui, obligatoires pour débloquer le capital. Si la victime accepte, notre escroc lui exigera ensuite de s'acquitter d'une prime d'assurance de crédit obligatoire. Sauf que, la victime ne recevra pas son crédit et le faux prêteur récupérera l'argent avant de disparaître complètement de la circulation.


Comment prévenir de telles escroqueries ?

Tout le monde en France n'a pas l'autorisation pour proposer un prêt et le crédit aux particuliers reste un secteur encadré. Si un particulier ou une organisation fait la promotion de services bancaires par le web, ce site est dans l'obligation d'afficher ses mentions légales et les CGV. Pour obtenir le statut de société de crédit, un organisme se doit de posséder un agrément de L'Autorité de Contrôle Prudentiel ainsi que d'une immatriculation au registre de l'ORIAS. N'importe quel site de crédit entre particuliers doit nécessairement posséder ces agréments, auquel cas il s'agit clairement d'une arnaque.

Ensuite, il faut savoir que les délais pour obtenir un crédit sont assez longs et qu'il faut compter deux semaines avant l'obtention des fonds en banque. Même si un particulier était en possession d'argent à placer de cette façon, il ferait une profonde et sérieuse analyse de toutes les demandes avant de jeter son dévolu sur les plus solides.
En tout état de cause, un prêteur ne délivrerait pas un quelconque crédit (immobilier, personnel ou à la consommation) à un individu fiché à la Banque de France pour impayés.